Garnier contre Sentou (de Garnier et Sentou, Patrice Soufflard / mes. Patrice Soufflard / avec Garnier et Sentou)

39_1_affiche

Garnier contre Sentou
De Garnier et Sentou, Patrice Soufflard
Mis en scène par Patrice Soufflard
Chorégraphies par Céline Dupuy, Christophe Charrier (maître d’armes)
Avec Garnier et Sentou

Décors par Pascale Rabaud
Accessoires par Pauline Gallot
Lumières par
David Chaillot
Musiques par Chloé Lacan, Nicolas Cloche
Costumes par Christine Leroy

Théâtre Le Reflet – Théâtre de Vevey, Vevey, Suisse
Produit par ADL productions (producteur, tourneur), Montreux Comedy Festival (organisateur)
Représentation du vendredi 4 décembre 2015 à 20h30
Placé en première catégorie (rang 5, place 18)
Payé 50.00 CHF

39_2_garnier-sentouC’est lui Garnier, c’est lui Sentou, c’est lui le grand, c’est lui le petit, c’est lui Garnier, c’est lui Sentou et ce sont deux bons amis [air connu]…
[photo sans crédit, via Reg’arts]

Je vous ai parlé sur ce site il y a quelques temps de Garnier et Sentou pour la pièce “Les grands moyens” dans laquelle ils jouaient et que j’avais beaucoup appréciée. A l’époque je ne vous avais pas dit que j’avais déjà vu le duo comique sur les planches une année plutôt dans leur one man show (enfin, two men show du coup) “Vu duo c’est différent” présenté dans le cadre du Montreux Comedy Festival. Rebelotte cette année, l’événement montreusien fait venir le nouveau spectacles des deux compères à Vevey, en parallèle des célèbres galas du festival qui se tiennent eux à Montreux, comme le nom de la manifestation l’indique.

Au vu de la réputation grandissante de Garnier et Sentou et des excellentes critiques obtenues lors de la présentation de leur spectacle à Paris, je m’attendais à ce qu’ils fassent salle comble… et bien pas du tout, le théâtre est à moitié vide, voir même plus encore. Il faut dire que si le Montreux Comedy Festival fait un gros boulot de promotion de leurs galas (pourtant en général très mauvais), les spectacles présentés à côté sont quasiment passés sous silence. Un peu dommage pour les artistes, mais heureusement ceux-ci ne paraissent pas blasés par leurs semaines de remplissage dans la capitale française et ils seront à fond dans le spectacle de la première à la dernière seconde !

La représentation s’ouvre de façon très étonnante sur un combat à l’épée, façon énergique de débuter… et de de déboucher sur une jolie transition : “tous les humoristes ont un combat”. Mais pas eux. Ils n’ont aucun région particulière, aucun accent, aucune couleur, ne font partie d’aucune minorité, n’ont rien à défendre, bref, c’est pas gagné pour monter un spectacle. D’où le premier sketch au “Pôle Combat” dans le but d’en trouver un, de combat. Résultat, un mélange entre absurdité totale et moquerie sur les travers de l’administration façon Astérix à la recherche du formulaire A-38. Génial. La conclusion sera que la seule minorité dont font partie les deux compères est celle des amis d’enfance toujours amis, l’occasion de nous raconter leur rencontre… sur laquelle ils n’ont d’ailleurs pas tout à fait les mêmes souvenirs. Ce qui est sûr c’est qu’il y a une histoire de fléchettes, de pigeons et d’étiquette de Nesquik.

39_3_enfantsGarnier et Sentou rejouent pour nous leur première rencontre, avant qu’une histoire de fléchette lancée sur un pigeon ne vienne semer le trouble…
[photo tirée de la bande annonce du spectacle]

Vous l’aurez compris sans que j’aie besoin de vous résumer toute la soirée, ce qui est intéressant et assez rare dans les spectacles d’humoristes actuels, c’est qu’il y a un fil rouge convaincant brodé (un fil brodé, hahaha) autour de la longue amitié des deux comédiens. Cette histoire nous mène de sketchs en sketchs, de saut en parachute en plaidoirie pour défendre un pigeon voulant divorcer, de rupture de contrat d’amitié (l’idée d’interpréter l’avocat défendant l’autre membre du duo est absolument géniale !) en savoureux combat entre littéraire et scientifique. L’ensemble est toujours super original et met de côté pour notre plus grand plaisir les sujets déjà abordés mille fois par tous les humoristes de la planète.

Ce qu’il y a de positif c’est également que Garnier et Sentou jouent parfaitement de différentes sortes d’humour. Quelques jeux de mots pourris par-ci par-là, signature du duo lors de leurs passages dans “On n’demande qu’à en rire”, mais également des passages plus réfléchis et superbement écrits, des dialogues ciselés, de l’humour musical, de la danse, il y a de tout. Le gros point fort c’est bien sûr le comique visuel, soutenu par quelques décors, accessoires et costumes dignes du génie. Il serait dommage pour les futurs spectateurs que j’en dévoile trop, je me contenterai donc de mentionner le super aspect visuel du sketch sur le saut en parachute.

39_4_parachuteEt pendant que les deux amis sautent en parachute, leurs prétendantes de l’époque commentent le tout, l’occasion d’une savoureuse imitation de jeunes filles pas franchement intelligentes !
[photo tirée de la bande annonce du spectacle]

Avoir un texte faisant recours à différents types d’humour c’est bien, mais il faut encore savoir jouer cette partition. Aucun problème, le duo excelle. Physiquement au top, capables d’interpréter plusieurs registres et se complétant superbement, Garnier et Sentou sont les comédiens parfaits pour ce genre de spectacle drôle, moderne et dynamique.

Mieux encore, ils excellent en improvisation, comme nous le prouvera une bonne dizaine de minutes mémorables ! En effet, au moment représenté en image ci-dessus où les deux compères interprètent deux de leurs copines de jeunesse au QI flirtant avec le néant, tout a dérapé autour d’histoires complètement délirantes et de mots inventés. Spontané, communicatif, sincère, ce grand moment a évidemment beaucoup ajouté à ma vision positive de la soirée. Et tout ça devant une salle très peu remplie rappelons-le, ce qui n’a de loin pas entamé leur bonne humeur, merci Garnier et Sentou !

Un petit mot sur la mise en scène, pas facile à gérer pour un spectacle fortement basé sur le comique visuel : Patrice Soufflard ne fait aucun faux pas dans sa direction d’acteurs, précise et moderne, un bonheur. Côté technique, rien à critiquer de ce côté là non plus, l’éclairage correspond tout à fait au spectacle et le met bien en valeur.

39_5_musiqueLe duo arrive à nous faire rire même dans le volet de l’humour musical
[photo tirée de la bande annonce du spectacle]

Conclusion ? La meilleure performance d’humoristes auquel j’aie assisté depuis un bon moment ! Il y a, et j’insiste tellement c’est rare dans ce genre de spectacle, un véritable scénario nous menant de sketch génial en sketch génial, de trouvaille en trouvaille, d’effet visuel en effet visuel. Mais il y a aussi sur scène deux comédiens à la complicité communicative, généreux au point d’offrir de longues improvisations même à une salle fortement clairsemée. N’oublions pas la mise en scène parfaite et le rythme soutenu sans pour autant verser dans le show hystérique. Garnier et Sentou sont d’excellents comédiens très doués autant sur l’intonnation que sur la gestuelle – ils sont capables de tout, des combats d’épée aux chorégraphies classiques en passant par les costumes les plus improbables. Le point commun, ce sont des textes originaux, absurdes et hilarants. Si je devais me forcer à trouver un point négatif, je dirais que j’aurais apprécié avoir un ou deux jeux de mots bien pourris en plus, sachant qu’ils en sont spécialistes. Sinon, c’est la perfection ; foncez, vous ne serez pas déçu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *